Connectez-vous

Contribution: Par le petit berger Amadou DIALLO


Rédigé le Jeudi 25 Mars 2021 à 19:45 | Lu 364 fois | 0 commentaire(s)



Excusez l'avis d'un petit berger frustré et abasourdi par des événements aussi inacceptables qu'injustifiés. Je ne désespère pas de mon pays, mais je m'inquiète très profondément. Comment en est-on arrivé à cette situation ? Qui pouvait imaginer que dans ce pays, on se retrouverait, un jour, avec une dizaine de jeunes vies sacrifiées aussi bêtement que banalement, des dizaines de milliards  de biens publics et privés réduits en cendres, des milliers d'emplois détruits et des centaines de milliers de citoyens plongés dans le chômage et la misère où ils étaient sortis après de rudes labeurs. Tout ce désastre commis avec une inconscience presque générale déconcertante. Comment ces tragédies sont-elles possibles, dans ce pays, et que personne ne soit coupable, au rythme où vont les choses? J'ai peur pour mon pays où, avec une banalité effarante, on a des crimes sans criminel, des vols sans voleur, des pillages sans pilleur, des agressions sans agresseur. J'ai peur pour mon pays qui s'est affaissé devant des forcenés écervelés qui détruisent tout sur leur passage, devant les terroristes des réseaux sociaux et des pierres où des gamins savamment mis devant, servent de boucliers humains aux voyous à visage découvert. J'ai peur pour mon pays où un capitaine enquêteur, après avoir fait fuiter, ses soi-disant PV, se déchaîne dans les médias, prouvant à la face du monde son parti pris. Qui est derrière lui? A-t-il été objectif dans ses enquêtes ? N'était-il pas l'informateur de son mentor, d'un hypothétique complot? À mon avis, l'enquête doit être reprise de bout en bout, ce capitaine n'est pas crédible, du moment où il a pris part pour Sonko. Mon pays va mal, peu sont les citoyens qui ont osé situer les responsabilités, par peur des représailles dans les réseaux sociaux ? Par peur des pierres ? Par hypocrisie ? La compromission presque générale n'augure rien de bon.
Et mon parti dans tout ça ? Je pense qu'il est passé à côté de son vrai rôle. Le communiqué publié est certes bon, mais, à mon avis, il n'est pas approprié à la situation. De quoi a-t-on peur? Il n'y avait plus raison de faire le politiquement correct, du moment que notre maison est brûlée, notre symbole détruit. On ne meurt qu'une seule fois et les actes posés nous avaient déjà tués. Le PS devait et doit prendre le combat en main, en menant la guerre, avec force et vigueur, contre tous ces bandits fossoyeurs de la République. Ce combat pour la République incombe plus au PS qu'aux autres. Il a créé un État, formé une Nation et consolidé des institutions au moment où les choses étaient beaucoup plus difficiles. Comment alors se contenter, aujourd'hui, d'un communiqué presque sans substances combatives ? Le PS rate encore une vraie occasion pour prouver tout son attachement inconditionnel à la République. Nous socialistes avons perdu de vue que la politique, ce sont des adaptations et des réadaptations, selon les contextes et les périodes. Aujourd'hui, Sonko est en train de capitaliser toutes les colères, toutes les frustrations, tous les espoirs. Qu'avons-nous à offrir aux citoyens pour lui faire face ? Nous ne faisons plus rêver, ni espérer cette jeunesse pitoyablement désespérée de son avenir. Nous targuant de notre PS mieux structuré et mieux organisé qui fourmille de personnalités compétentes, expérimentées et intègres, mais qui n'ont aucune efficacité politique parce que écrasées par une hiérarchisation et une centralisation lourde, inopérantes, handicapantes. Comment comprendre qu'un Alpha B. Gueye qui gère une vision nationale, mais qui n'ose pas politiquement sortir de sa commune ? Qu'un Daniel Sarr confiné à Grand Yoff, qu'un Mor Faye enfermé à Tassette ? Pour ne citer que ceux-là parmi des milliers de nos camarades dont les compétences, l'envergure et l'intégrité, reconnues et enviées, au-delà du parti, ont fait l'unanimité. Certains responsables inactifs depuis belle lurette, parce qu'en rupture de ban avec la base, se cramponnent pourtant à des pré-carrés, tirant sur toute velléité de redynamiser le parti. D'autres d'envergure nationale, sont enchainés dans leur petite zone où ils n'ont plus rien à conquérir, par une organisation rétrograde et anachronique. Toutes nos énergies sont comprimées dans une organisation inefficiente. Elles doivent être libérées pour que chaque militant qui le peut, puisse recruter partout où il veut, sans être fusillé pour ingérence. Acceptons que les recrutements se fassent partout et par tous. L'essentiel est que chaque recrue participe à l'engouement de notre PS et que chaque bulletin dans une urne, dévient un chiffre qui ignore celui qui est à l'origine de sa faveur pour nous. Décloisonnons les goulots d'étranglement qui étouffent notre parti. Nous avons des milliers de camarades plus ou autant compétents que sonko, plus d'expériences, plus intègres, mais qui ne peuvent agir parce que plombés par notre organisation qui nous desserve plus qu'elle nous serve. Nous sommes plus prompts à nous chamailler, à nous insulter qu'à nous soutenir, qu'à apprécier les belles avancées de nos camarades. Notre salut est de nous renforcer mutuellement au lieu de nous affaiblir les uns des autres. Un seul socialiste fort, c'est tout le PS qui gagne.

Le petit berger du
Réseau des universitaires socialistes.




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 15 Septembre 2020 - 22:22 Soutien de Cheikh Seck à Macky Sall

Mardi 15 Septembre 2020 - 22:14 COMMUNIQUE DE PRESSE