Actualité de la pensée de SENGHOR


Rédigé le Mardi 27 Décembre 2016 à 12:23 | Lu 444 fois | 0 commentaire(s)



Actualité de la pensée de SENGHOR
Trente-six ans se sont écoulées depuis le retrait volontaire de Léopold Sédar Senghor de la présidence de la République du Sénégal, devant un monde stupéfait par la rareté et l’élégance du geste.
 
Seize années se sont écoulées depuis sa disparition.
 
Léopold Sédar Senghor était poète et Homme d’Etat. Or les poètes, dit-on, fondent ce qui demeure.
 
Aujourd’hui, sa pensée, son œuvre et son action restent encore d’une brulante actualité.
 
Ce poète sérère, sénégalais, africain et universel a effectivement fondé une solide demeure, je veux dire plusieurs solides demeures, au nombre desquelles je voudrais citer notre parti, le Parti socialiste et l’Etat du Sénégal, deux demeures dont l’équilibre et la stabilité, à l’épreuve du temps et de bien d’autres facteurs, se mesurent à la solidité du socle sur lequel ils reposent.
 
Pionnier et bâtisseur, créateur par le verbe poétique et par l’action politique, Léopold Sédar Senghor en intellectuel de haute facture s’est régulièrement prononcé sur plusieurs sujets dans une pensée qui, aujourd’hui encore, conserve sa jeunesse immortelle. Loin d’être un homme du passé, ou un homme dépassé, Léopold Sédar Senghor est plutôt une source pour demain et sa pensée consacre sa dimension de grand visionnaire.
 
Voilà pourquoi, chers camarades, chers amis, il est important que nous nous arrêtions sur la trajectoire de cet acteur de son temps qui, de son regard unique, en avait accompagné le lourd cheminement et avait contribué à le façonner en en assumant la charge du politique tout autant que la fonction de l’intellectuel.
 
Aujourd’hui, en ce jour de souvenir, c’est avec émotion et reconnaissance que nous nous tournons vers le père fondateur de notre parti, le premier président de la république du Sénégal.
 
Et je vous invite à observer une minute de recueillement pour nous incliner pieusement devant la mémoire de ce digne fils du Sénégal.
Je vous remercie.
 
Mais où se situent l’actualité de la pensée de Senghor et sa pertinence, j’allais dire son urgence à notre époque ?
 
La question trouve solution si l’on s’inscrit  dans l’histoire de la marche de notre pays et de notre continent, mais aussi dans celle du monde hors duquel il ne nous est pas possible de cheminer.
 
Nous interroger sereinement sur ce dont notre actualité est redevable à la pensée de Senghor m’apparaît donc comme un impératif auquel nous appellent les urgences et les difficultés de notre temps.
 
Une telle démarche, mes chers camarades, mes chers amis, permettra, j’en suis persuadé, d’ouvrir de nouveaux territoires d’exigence et de recherches qui nous donneront la force de regarder demain, pour utiliser cette belle formule de son ami Césaire, lui aussi poète et Homme d’Etat.
 
Les années ont passé, et avec elles, s’est estompée la clameur subjective des antagonismes politiques et celles des oppositions crypto personnelles. Le temps qui passe a permis des murissements, qui à leur tour ont permis de réévaluer et de corriger les approximations de quelques fougueux adversaires qui, bien souvent, pour nombre d’entre eux, n’avaient même pas pris le temps de lire et de comprendre l’œuvre de l’homme auquel ils s’attaquaient. Mais Senghor, comme on le sait, aimait le débat, le débat sain, celui qui enrichit et qui permet de se comprendre et de surmonter les contradictions. 
 
Chers camarades, ici et ailleurs, en cette période cruciale qui appelle la mise en place ou l’approfondissement des bases d’un véritable Etat de droit dans toutes ses dimensions, force est de constater, avec le recul, que l’un des traits de génie de Léopold Sédar Senghor est dans sa conception et sa pratique de la direction des affaires de son pays. Une conception et une pratique qui avaient leurs sources dans une authentique et solide culture de l’Etat. Cette approche qui fut la sienne était faite à la fois de sa connaissance de l’Etat, de son sens de l’Etat, de son esprit d’organisation et de méthode,  et de son expérience de la conduite des hommes dans la Cité, deux points essentiels à la vie démocratique.
 
Aujourd’hui, en ces temps troubles, face à la montée de l’intolérance et de l’ignorance, face à l’exclusion et au repli sur soi qui contribuent au dérèglement du monde, comment ne pas penser à Senghor dont nombre de discours étaient emmaillés de la formule « notre commun vouloir de vie commune » et qui ne manquait jamais de saluer ces « hôtes étrangers qui vivez parmi nous ».
 
Ces paroles, dans sa grande sagesse d’homme d’Etat, il leur avait donné la force d’une loi fondatrice de notre « vivre ensemble ».
 
L’évocation de l’actualité de la pensée et de l’œuvre de Senghor passe aussi par l’évocation de ce que le Sénégal et l’Afrique lui doivent en matière de démocratie, de droits de l’homme et des libertés fondamentales, un sujet encore d’une brulante actualité en maints endroits du monde.
 
De ce point de vue, je tiens à rappeler la contribution de Léopold Sédar Senghor à la lutte contre toutes les formes d’aliénation. Senghor a toujours soutenu que le mouvement de la Négritude, lancé par Aimé Césaire, Léon Gontran Damas et lui-même, a pour socle commun avec le socialisme le fait que l’un et l’autre ont pour fondement la prise de conscience des différentes formes d’aliénation de l’homme et la volonté de libérer celui-ci de toutes les formes d’oppression qui portent atteinte à sa dignité et à son existence. 
 
C’est sous ce rapport qu’il faut analyser sa critique du capitalisme, moteur et vecteur d’un ordre économique inégal plus soucieux d’accumulation que de promotion de l’homme.
 
Les Congrès et Conseils nationaux du Parti socialiste comme les réunions de l’Internationale Socialiste à Genève en 1976, puis à Vancouver en 1978 et enfin à Madrid en 1980 ont été des tribunes pour dénoncer l’échange inégal dans une formulation devenue emblématique et passée à la postérité sous l’expression « détérioration des termes de l’échange. », l’endettement des pays pauvres et la menace qui plane sur l’humanité du fait de l’égoïsme des riches, de la recherche effrénée des valeurs matérielles et de profits au détriment du social et donc de l’humain.
 
Tout le monde se souvient de son allocution à la tribune des Nations Unies où il défendait la réforme du système monétaire international afin de donner aux pays du tiers monde un rôle plus important dans ce domaine. Il préconisait également la multiplication des relations commerciales entre ces mêmes pays du tiers- monde, ainsi que des efforts plus soutenus d’intégration économique régionale.
 
L’actualité de sa pensée est tout à fait frappante dans un contexte marqué par les excès d’une mondialisation ultralibérale. Il faut lire ou relire Senghor pour se rendre compte de la vulnérabilité du monde libéral et de la fragilité de toutes ses prétendues valeurs. Peu de penseurs auront pressenti comme lui l’implacable déterminisme des valeurs humaines derrière le vernis des sociétés post modernes qui poursuivaient leur trajectoire d’accumulation de richesses et de biens matériels. En effet, alors que l’on faisait croire à l’humanité qu’il n’y a pas d’horizon au-delà du capitalisme, Léopold Sédar Senghor enseignait que l’histoire était un processus indéfini avec pour unique moteur les valeurs humaines.
 
Sur un autre point, il me semble important de souligner qu’en ces temps où la question du genre est souvent agitée, chez certains, avec une bonne dose de tonalité politicienne, le Code sénégalais de la Famille reste un exemple qui confirme, si besoin en était encore, le courage politique, le sens de la mesure et les qualités de visionnaire de Senghor Homme d’Etat.
 
Une véritable politique de l’enfant, de la femme et de la famille se trouve en gestation dans cette loi qui porte la marque des efforts inlassables qu’il déploya pour la modernisation de notre droit et de notre législation.
 
Pour souligner l’actualité de sa pensée, comment ne pas rappeler que l’agrégé de grammaire, professeur de lettres classiques avait mené un combat rédempteur en faveur de nos langues nationales en s’attelant à leur transcription.
 
Il me plaît de rappeler que c’est à lui que l’on doit l’instauration des semaines nationales d’alphabétisation, la réorganisation et la programmation des émissions en langues nationales à la radio et à la télévision nationales.
 
Et je voudrais souligner et rappeler l’attention toute particulière qu’il accordait à la fameuse émission « Disso » au cours de laquelle le monde rural était invité à s’exprimer librement. Avec le recul, cet exercice s’assimile à ce que notre modernité appelle « la démocratie participative ».
 
Educateur expérimenté et homme politique avisé, il avait donc très pris conscience de l’importance de la question des langues nationales. Dans une conférence à la Chambre de Commerce de Dakar pour le Foyer France-Sénégal tenu le 10 septembre 1937 et intitulée « Le problème culturel en A.O.F », il posait déjà le problème des langues nationales.
 
Je signale, chers camarades, que ce texte majeur, on le trouve à l’ouverture de son ouvrage « Liberté 1, Négritude et Humanisme » publié aux Editions Seuil.
 
Sur cette question, je tiens à souligner que là où certains étaient tentés par un africanisme de mauvais aloi, il avait préféré une approche prudente, en faisant du temps et de la rigueur scientifique les axes de sa démarche vers l’impérieuse nécessité de redonner à nos langues leur dignité et leur place légitime dans notre système éducatif.
 
Pour terminer ce propos introductif à nos échanges, je voudrais souligner qu’en matière de politique étrangère, en homme de grande intelligence et de vaste culture, il a toujours agi avec mesure, finesse et lucidité.
 
Militant de l’unité africaine, il fut également le fin théoricien des « cercles concentriques » qui devaient constituer la voie et une étape vers l’unité culturelle, politique et économique du continent africain.
 
Pour tout dire, se souvenir de Léopold Sédar Senghor comme nous le faisons chaque année, c’est saluer la mémoire et célébrer la pensée d’un grand homme qui, dans une double dimension d’homme de lettres et d’homme politique, a mené de front une vie faite d’engagement pour l’avènement d’un monde de paix et soucieux de placer l’homme au cœur du développement et du progrès.
 
Chers camarades, vous l’aurez compris, il est impossible, le temps d’une allocution d’ouverture, d’aborder tous les aspects d’une pensée aussi vaste et aussi riche que celle de Léopold Sédar Senghor.  Mais devant l’impossibilité de cet exercice, j’ai tenu néanmoins à partager avec vous quelques points qui seront approfondis et complétés par d’autres intervenants.
 
Je vous remercie de votre aimable attention.
 




Dans la même rubrique :
< >





Partager ce site

Derniers tweets
Parti Socialiste : Temoignage de Ousmane Tanor DIENG (Décès Djibo Laity KA): Nous avons appris, avec une... https://t.co/ckgG3bsf1Y https://t.co/MlKTMYX9oc
Samedi 16 Septembre - 08:23
Parti Socialiste : Secrétariat exécutif national (52 ème séance): Les élections législatives du 30 juillet... https://t.co/4pEsYRyHeo https://t.co/u0igEWVh78
Samedi 12 Août - 02:23
Parti Socialiste : RT @APS_Officiel: BBY rafle la mise avec 125 députés sur 165 (officiel) https://t.co/y7kaBsXgxh
Samedi 5 Août - 10:42

Inscription à la newsletter